Pour tout renseignement ou prise de rendez-vous

04 90 77 85 60

L'ostéopathie

Qu'est-ce que l'ostéopathie

Il existe dans le corps, d’abord détecté sensiblement puis constaté par l’observation des biseaux des os crâniens (cf. crâne éclaté de Sutherland), enfin confirmé par l’imagerie médicale moderne, un micro-mouvement dit Mouvement Respiratoire Primaire (MRP). Celui-ci provoque rythmiquement une extension et une rétraction globale de tout le corps, permettant et favorisant  toutes les circulations fluidiques, sanguine, lymphatique, nerveuse, énergétique, etc. L’expression ample et harmonieuse, libre dans tous les secteurs du corps, de ce MRP est donc garante de la bonne santé.
Si l’ostéopathie a vu le jour aux Etats-Unis au milieu du XIX° siècle par Andrew Taylor STILL, elle a véritablement pris son envol en 1948 par un de ses élèves William Garner SUTHERLAND, largement par les travaux très pointus,d’une de ses élèves, pédiatre, Beryl ARBUCKEL. Cela en fait un art très jeune, qui, comme un enfant en croissance, évolue très vite. Les premières techniques manuelles utilisées, plutôt musclées, nécessitent une précision absolue et ne sont pas tolérées par tout le monde. Pratiquement abandonnées aujourd’hui, elles sont souvent vécues comme intrusives voire violentes par les patients. Des techniques plus douces, dites énergétiques sont apparues, et de plus en plus de finesse de compréhension tissulaire a permis l’émergence d’une ostéopathie subtile qui écoute et accompagne plus qu’elle n’impose. Petit à petit il est apparu flagrant que le corps réagit aux émotions et que son équilibre dépend aussi de la sphère psychologique.
La diversité de pratiques est très grande d’un ostéopathe à l’autre. Déjà parce que ses techniques sont le résultat de sa propre assimilation de ce qui lui a été transmis, et ensuite parce que chacun dans sa carrière, à mesure des formations complémentaires et de l’exercice qu’il va acquérir, développe sa propre « personnalité ostéopathique ». Mais tous recherchent l’expression libre et fluide de cette respiration subtile du corps, en tentant de libérer tous les points fixes qui l’entravent.
En France, la première école d’ostéopathie voit le jour en 1975. C’est le  Collège National d’Ostéopathie, renommé l’année suivante Institut W. G. Sutherland. C’est là que Maurice Raymond POYET se forme dès sa création.

Qu'est-ce que la méthode Poyet

Maurice Raymond POYET (1928-1996) infirmier puis kinésithérapeute, reçu sa formation à l’ostéopathie d’André BRUNEL, l’un des fondateurs du CNO, première école d’ostéopathie en France.

Doté d’une sensibilité particulière et d’une grande intuition, il modifia ses techniques correctives et mit à jour une approche novatrice douce et énergétique. En effet, en  observant que la plupart des techniques correctives ostéopathiques d’alors déclenchaient un mécanisme de défense réflexe qu’il faut dépasser pour obtenir le résultat souhaité, il allégea le geste jusqu’au « poids d’un papillon sur une fleur ». Il s’aperçut que de simples effleurements, appliqués avec précision et intention, suffisent pour obtenir le même résultat que des techniques manipulatives musclées, comme si le tissu n’avait besoin que de l’information pour reprendre son mouvement physiologique, dès lors que rien d’autre ne l’en empêche. Sa Méthode informationnelle était née, non intrusive, non manipulative.

M.R. POYET observa aussi que face à une dysfonction quelconque, le corps s’adapte autour de la lésion selon un schéma de compensation structurel logique. Il mit ainsi en évidence les 8 chaînes de compensation qui, en un seul geste, permettent d’équilibrer toutes ces adaptations afin de cibler le désordre initial dès la première séance.

Parmi les nombreux élèves qu’il forma avant son décès prématuré, plusieurs m’ont grandement apporté.

  • Claude ROSSAT, kinésithérapeute et ostéopathe de l’école ATMAN, particulièrement sensible à l’ostéopathie pédiatrique, fut le fondateur du Cours de Thérapie Manuelle Energétique (CTME) de Grenoble où j’ai reçu ma formation.


  • Pierre-Camille VERNET, qui avec Claude ROSSAT commença la formation dema main de thérapeute.


  • Jean-Claude HERNANDEZ qui fait partie de la première promotion et, depuis le début de son activité, exerce dans le cabinet de Maurice POYET à Cusset, a suivi toutes ses sessions de formation puisqu’il fût son collaborateur dans l’enseignement. Passionné d’homéopathie, il est très pointu en DSTH (détoxination par isothérapie à hautes dilutions) et a perfectionné mes connaissances dans ce domaine. C’est avec lui et deux de ses élèves, Fabrice MEGROT et Pierre VAN BUYNDEREN que j’enseigne à l’Institut de Thérapies Informationnelles de Paris (Formation initiale à la Méthode Poyet).